Impayés : quand les entreprises passent aux représailles

En cas d’impayés, les entreprises ont à ce jour que peu de recours. Elles n’ont pour se défendre que la procédure standard, qui implique d’envoyer relances, mises en demeure et injonctions de payer par lettres recommandées, jusqu’à en venir au huissier en dernière instance. Une procédure chronophage qui laisse les comptes se creuser pendant plusieurs mois, sans garantir à 100% de revoir l’argent. Mais certaines entreprises ne se contentent pas de subir cette situation. Face à des clients qui ne payent pas en temps et en heure, elles passent à l’action… d’une autre manière.

Afin de ne plus risquer de se retrouver avec des impayés, il existe des entreprises qui refusent désormais tout simplement de travailler avec les clients réputés pour leurs retards de paiement. Et cela peut aller plus loin que l’expulsion pour impayés. Les entreprises peuvent contribuer à dénoncer plus largement ces clients « mauvais payeurs ». Une pratique de plus en plus répandue en France où elle est appelée, à l’anglaise, le name and shame.

La stratégie inverse est également possible. L’entreprise peut décider d’inciter ses débiteurs à la régler, non pas en se référant à la loi à coups de lettres musclées, mais plutôt en leur proposant de quoi rendre le règlement de la facture plus doux. Certaines entreprises décident ainsi d’encourager leurs débiteurs à les payer plus rapidement en leur offrant une réduction, ou escompte, pouvant aller jusqu’à 10% du montant total de la facture.

Entrepreneurs, à vous de choisir : l’expulsion pour impayés ou escompte, le bâton ou la carotte ? A moins que vous n’optiez pour les deux. Quoiqu’il en soit, pour tout conseil en matière de factures impayées, vous pouvez contacter Juripay gratuitement au 01 83 62 07 03.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *